japon

La culture du pays du soleil levant

Voilà maintenant bien des années que le Japon perpétue sa culture ancestrale axée autour d’une philosophie zen mais également autour de plusieurs arts traditionnels. Ces arts traditionnels encore pratiqués aujourd’hui font d’ailleurs l’objet d’une certaine fascination en Occident où bien souvent ces derniers intriguent mais reste assez mal compris. C’est également en partie ce qui pousse certains à se déplacer en personne pour aller découvrir de plus près à quoi ressemble vraiment les estampes de l’époque d’Edo, admirer un maître ikebana dresser une composition florale ou bien encore vivre l’expérience d’une cérémonie du thé. Sans avoir besoin de se rendre sur place nous vous proposons donc aujourd’hui de passer en revue la culture nippone à travers deux de ses composants principaux que sont sa philosophie et ses arts traditionnels.

Une philosophie zen

Né de la religion bouddhiste qui est arrivée sur l’archipel aux alentours dans ans 800, la philosophie zen s’est profondément ancrée dans les racines de la culture japonaise. Elle s’est notamment répandue sur le territoire avec la pratique de la méditation qui a elle aussi été adoptée très rapidement par l’ensemble des couches sociales.

Plus qu’une simple philosophie c’est en réalité un vrai mode de vie qui tourne autour de la simplicité, de l’asymétrie et du calme. C’est de là que sont nés toutes les formes d’arts comme certaines que nous verrons juste ensuite. Bien que toutes soient très différentes dans leur nature, lorsqu’on s’y intéresse de plus près on réalise en fait à quel point elles sont similaires dans leur approche. Bien que l’ikebana soit un art bien différent du yabusame (tir à l’arc à cheval) par exemple on retrouve chez chaque maître de leur discipline respective une réelle voie d’accomplissement personnelle dans ce qu’ils font. Finalement, on retrouve également l’influence du zen sur les habitats et les jardins japonais qui tous deux dégagent une certaine aura de bien-être et de repos lorsqu’on s’y trouve.

Les arts traditionnels

L’artisanat traditionnel japonais étant quelque chose de très abouti sur quasiment tous les domaines, de l’architecture en bois à la coutellerie avec les katana en passant par des céramiques magnifiques, il est réalité très lié à une pratique artistique sur l’ensemble de ces domaines. Néanmoins, certains arts se démarquent tout de même et incarne complètement la philosophie zen dans leur approche.

Service du thé japonais
Service du thé japonais

La cérémonie du thé

Découlant directement de la philosophie zen dans son procédé très codifié, qui pourrait presque paraître excessif pour un occidental, la cérémonie du thé est assurément une des pratiques artistiques encore les plus répandue au Japon. Elle met en effet en avant plusieurs visages de la culture nippone comme la splendeur de ses kimonos chez le maître de thé, la qualité et l’authenticité des théières en fonte mais également d’autres formes artistiques telles que l’ikebana ou le suiseki en les exposant dans ce qu’on appelle un tokonoma, un alcôve surélevé qu’on retrouve également dans les maisons traditionnelles. Tout cela traduit la sagesse et le raffinement avec lesquels les japonais opèrent dans ce qu’ils font d’une manière plus large mais paradoxalement une certaine forme de simplicité et un retour au source prononcé avec un lien puissant entre eux et la nature.

L’ikebana

L’ikebana est un art qui met en scène différentes compositions florales ou bonsaï avec une approche dictée par la philosophie zen, c’est à dire une simplicité et une épuration des éléments de leur surplus inutiles. Ainsi dans les compositions florales on retrouve souvent peu de fleurs mais toutes en revanche ont un rôle déterminé afin d’exprimer avec leur forme, leurs couleurs, leur orientation une certaine expression ou bien un sentiment particulier. L’ikebana est également une pratique qui possèdent beaucoup de règles à respecter mais pour le maître c’est surtout une manière de s’exprimer et de s’accomplir dans la voie du zen.

Les estampes

Très pratiqué durant la période d’Edo, les estampes japonaises ont par la suite eu une très forte influence dans le domaine artistique à l’échelle mondiale. Elles se basent sur un courant artistique intimement lié à la philosophie zen qui est l’ukiyo-e. Cette expression se traduit littéralement par “image du monde flottant”. Bien qu’assez peu parlante traduite tel quel elle traduit une impermanence des choses et leur caractère éphémère. Les estampes sont donc là pour capturer ce moment afin de ne pas le perdre. D’un point de vue spirituelle et philosophique l’ukiyo-e invite surtout à profiter de tous les instants de la vie ainsi que de ses petites choses qui nous paraissent banales à première vue mais qui en réalité font la beauté de ce monde.

About the author

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.